HOME

DROITS DE PLANTATION: LA FILIERE SE MOBILISE AU PARLEMENT EUROPEEN

 

Madame le député européen Astrid Lulling, avec son collègue Michel Dantin (PPE, F) invitaient ce lundi 19 tous les collègues et amis de la filière viticole à faire le point sur la problématique excessivement importante des droits de plantation.

Mme Astrid Lulling (PPE, Lu), organisatrice de la manifestation et présidente de l’intergroupe vin au PE

 

Actuellement, la commission européenne souhaite libéraliser les droits de plantation et permettre à tous les vignerons, partout en Europe de planter sans restrictions. Il y a des pays émergents en matière de vin dans l’UE qui ont une opinion différente, dont la Grande-Bretagne qui a exprimé sa position par la voix de la député européenne McIntyre (UK, ECR) soutiennent la position initiale de la commission.

La plupart des pays producteurs (dont la France, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne) souhaitent le maintien des droits de plantation qui créent de fait une viticulture régulée dans l’Union. les viticulteurs ont fait beaucoup d’efforts en matière qualitative, de reconnaissance des sols et des terroirs et il faut éviter une déperdition des terroirs, un effondrement des prix, de la perte de qualité des vins, et un désastre environnemental qu’entraînerait une surproduction -notamment sur le plan de l’épuisement de la nappe phréatique.

Fait exceptionnel, tous les ministres de l’agriculture des grands pays viticoles étaient présents pour exprimer la position de leurs gouvernements nationaux qui s’opposent à la libéralisation des droits de plantation.

De nombreux députés nationaux français, italiens et espagnols étaient présents pour faire connaître la position quasi unanime du monde de la viticulture, opposé à la libéralisation des droits de plantation.

La représentante du commissaire européen compétent s’est bornée à dire que la commission entendrait toutes les parties et que sa position n’est pas encore déterminée. C’est déjà un infléchissement par rapport à la position que la commission émet depuis le début de cette problématique.

Mme Lülling, député européen et présidente de l’intergroupe vin considère que l’on est sur la bonne voix. Des pays comme la Belgique ou la Pologne doivent encore être gagnés à l’opinion minoritaire pour sécuriser demain l’avenir de la filière vin dans l’Union Européenne.

Plus dans notre emagazine JOURNAL DES VIGNOBLES du 30/03/2012

video: Henry BORZI, rédacteur en chef JOURNAL DES VIGNOBLES

Publicités

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Pages et Articles Phares

Archives

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 2 324 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :