HOME

DROITS DE PLANTATION: LA BOURGOGNE SE MOBILISE

Quelques jours avant l’important congrès de lundi au parlement européen, les forces vives de la filière vin se sont réunis à Dijon.

La qualité des grands vins de Bourgogne menacée par la libéralisation des droits de plantation et des volumes plus importants ?

Alors que l’Union Européenne souhaite libéraliser totalement la protection de la vigne, aucun accord n’est intervenu jusqu’à ce jour entre les Etats.

C’est pourquoi les pays les plus farouchement opposés à la libéralisation des droits de plantation bataillent durement pour que la mesure n’entre pas en application.

En Bourgogne, ce 16 mars, toutes les forces vives politiques et viticoles se sont réunies pour signer « l’Appel de Dijon »  qui consacre une unanimité bourguignonne contre la libéralisation des droits de plantation. Pour François Patriat (PS), président de la région Bourgogne, il y aura un déséquilibre plus grand entre l’offre et la demande si la mesure passe et il considère que la « qualité des productions bourguignonnes passe par une maîtrise des volumes de production et des règles strictes pour les AOC ». On craint une chute des prix, une baisse de la qualité et une disparition des terroirs, les fameux « climats » si importants en Bourgogne.

Le président du conseil général de la Côte d’or, le député François Sauvadet (Nouveau Centre) et le président de la République Nicolas Sarkozy partagent l’avis de leurs collègues socialistes.

D’ailleurs, ce mercredi, le député UMP Philippe-Armand martin, viticulteur champenois a eu l’occasion de remettre les doléances des communes viticoles au commissaire européen compétent à Strasbourg.

La lutte pour la défense du patrimoine viticole et des terroirs français ne fait que commencer. Nous y reviendrons.

Publicités

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Pages et Articles Phares

Archives

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 2 324 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :